Balade de puits en lavoirs, près de Cahors


Au printemps, à la fin de l’été, en automne : j’ai fait cette randonnée près de Cahors plusieurs fois, à différentes saisons, seule ou en famille. Elle demeure parmi mes préférées car elle est, vraiment, typique de notre région et en particulier des causses du Quercy. C’est un délicieux concentré de petit patrimoine, au cœur d’une nature dont les couleurs et les parfums sont, eux aussi, bien d’ici.

La randonnée démarre à Aujols, village situé près de Lalbenque, la place forte de la truffe noire du Quercy. Nous sommes dans le Parc Naturel Régional des Causses du Quercy, à une quinzaine de kilomètres de Cahors.
Aujols, c’est quelques belles maisons quercynoises, des vestiges d’un prieuré templier et une minuscule mairie, étonnamment stylée, qui se répartissent autour d’un petit lac utilisé jadis comme lavoir. Ce dernier est bordé par un alignement de pierres de lavage en forme d’ailes de papillon. Unique !

Point de départ de la randonnée : Aujols et son magnifique lavoir.

Point de départ de la randonnée : Aujols et son magnifique lavoir.

L'un des douze puits de Laburgade. Ils datent du XVIIIème siècle.

L’un des douze puits de Laburgade. Ils datent du XVIIIème siècle.

D’autres curiosités émailleront votre chemin, coloré au printemps de dizaines de variétés de petites fleurs et végétaux endémiques. Tout au long de la balade, vous rencontrerez un patrimoine bâti où s’exprime une complicité séculaire entre l’homme et la pierre. Des lavoirs, des puits mais aussi des caselles et des gariottes : à vos appareils photos …

Les puits et les lavoirs
C’est le thème même de cette balade, assez longue (11 km) mais douce. La rareté de l’eau sur la surface calcaire du causse a provoqué une floraison de lavoirs et de réservoirs alimentés par la pluie, mais également de puits de tous gabarits. L’arrivée à Laburgade, placé sur votre itinéraire, est à ce titre un temps fort. Sur le chemin herbeux en lisière du village, vous découvrirez en effet une douzaine de puits vieux de plus de 200 ans ! Le terrain sur lequel ils se trouvent a été partagé à la Révolution et, du coup, chaque famille a fait construire son puits. Le curieux chapelet qui en résulte montre le parcours de résurgences souterraines très convoitées.

Les ailes de papillon
Les pierres qui bordent les lavoirs du secteur ont une forme très particulière dite « en aile de papillon ». Inclinées deux par deux l’une vers l’autre, les pierres permettaient aux lavandières de bavarder à leur aise en tête à tête. Pratique ! Le grand lavoir d’Aujols est une illustration parfaite de cette spécificité locale.

Les caselles et les gariottes
Murets et cabanes de pierre sèche se sont multipliés sur le causse au XIXème siècle. Les labours, alors plus profonds, faisaient remonter en abondance vers la surface des éclats de roche qui furent mis à profit pour délimiter les parcelles, bâtir des caselles et des gariottes. Quelle différence entre les deux ? Pour répondre, on fera confiance à cet éleveur de brebis croisé en chemin : ronde ou carrée, la caselle est un édifice à part entière servant souvent de remise à outils ; la gariotte, elle, est un simple abri niché dans l’épaisseur d’un muret.

En chemin, vous croiserez plusieurs caselles, typiques des causses du Quercy

En chemin, vous croiserez plusieurs caselles, typiques des causses du Quercy

Le bolet
A Aujols, à Laburgade, les maisons caussenardes s’ouvrent sur le bolet : un espace couvert desservi par un escalier. Formant perron, terrasse ou galerie selon les cas, le bolet abritait les tâches ménagères salissantes, mais sa prestance en fait presque un élément d’apparat et apporte un cachet certain. Vous verrez là comment l’art de manier la pierre sèche, associé au désir de s’approprier certains signes aristocratiques (logis à l’étage, escalier extérieur, tour-pigeonnier,…), a donné de la noblesse à la demeure la plus modeste.

Les truffières
Elles aussi font partie du patrimoine local. Vous reconnaîtrez les truffières facilement car elles se présentent en parcelles plantées de chênes bien alignés et bien espacés. C’est là que s’accomplit le miracle du diamant noir. Les plants de chêne ont en effet reçu le mycélium de la truffe, selon un procédé mis au point par l’INRA en 1972.
Malgré cela, il faut savoir que la truffe reste imprévisible, fruit de rouages compliqués où jouent la teneur du sol, les caprices du ciel, la persévérance de l’homme, le flair du chien ou du cochon… et la chance. La production locale de truffes (entre 3 et 10 tonnes chaque année) se vend au marché de Lalbenque, de décembre à mars, chaque mardi : voir notre article « Aventure au pays de l’or noir« . A découvrir absolument !

Les caselles, bâties en pierre sèche sans mortier, servaient souvent de cabanes à outils.

Les caselles, bâties en pierre sèche sans mortier, servaient souvent de cabanes à outils.


En pratique

> La balade de puits en lavoirs : randonnée balisée de 11 Km au départ d’Aujols (Lot). Niveau : moyen. Durée : comptez 3 à 4 heures. La randonnée peut se faire facilement avec des enfants, pour peu que l’on prévoit quelques haltes pique-nique ou goûter. Les cabanes en pierre sèche ont un franc succès auprès des petits. Eviter cependant les jours de grosse chaleur.

Descriptif disponible sur www.tourisme-lot.com

Accès : autoroute A20, sortie 58 (Cahors nord).

> A visiter à proximité :
Cahors, grand site Midi-Pyrénées.
Le château de Haute-Serre, l’un des grands domaines de l’AOC Cahors.
– La brasserie Artisanale Ratz.

L'église d'Aujols, petit village du Parc Naturel Régional des Causses du Quercy.

L’église d’Aujols, petit village du Parc Naturel Régional des Causses du Quercy.

> Pour manger dans le coin : cafés-restaurants à Lalbenque (9 Km d’Aujols) et restaurant de l’aérodrome de Cahors-Lalbenque (le Cap 180) près de Cieurac (8 Km d’Aujols).

> Pour dormir dans le coin : chambres d’hôtes Lou Repaou à Aujols même.

> Pour organiser votre séjour dans le Lot : www.tourisme-lot.com

11 réponses

  1. Les lavoirs papillons d’Aujols sont doubles. Il y a ceux de hautes eaux que l’on voient toute l’année, mais la curiosité unique est qu’il sont doublés par ceux de basses eaux que l’ont ne voit qu’en périodes de sécheresse. Ils sont aussi nombreux et ils permettaient aux lavandieres de laver leur linge toute l’année tout en étant toujours au bord de l’eau. Si vous êtes attentifs vous les verrez par transparence quand les eaux sont claires. Nos anciens étaient ingénieux et avaient pensé a tout. Personnellement j’ai eu le plaisir de les voir une fois mais je n’y vais pas tous les ans.

  2. Nous avions loué un gïïte à Cambérac tout près de Cahors et ce fut des vacances inoubliables avec trois semaines à éplucher littéralement la région,connaitre les vins (70% Auxerrois) ,l’omelette aux truffes,forêt de chênes noirs,visites des boris,ferme de gavage oû Jocelyne Bori a enseigné à mon fils l’art de poêler un foie gras..d’ autant plus qu’.elle nous a accueilli en roi…que de beaux moments surtout que l’endroit semble bouder par les touristes…quelle chance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s